De Rangdum au glacier de Darang Durung

Après nous être bien restaurés dans tous les sens du terme, nous reprenons la route de Rangdum au glacier de Darang Durung.

La piste traverse un immense territoire sans la moindre habitation, sans que nous rencontrions le moindre quidam. Seules, toujours les marmottes de plus en plus nombreuses nous indiquent qu’il fait bon vivre ici. Contrairement à ce qui est écrit sur internet, je ne les trouve pas farouches du tout. Certes elles ne s’aventurent pas sans bien regarder autour d’elles, mais en revanche elles approchent assez près de la route et du Scorpio. Sans doute savent-elles qu’elles n’ont rien à craindre de l’Homme dans ce secteur. Pas de piétons, et aucun véhicule ne s’arrêtera ici après la récente pause toilettes-restau à Rangdum. Tout ce territoire est le domaine des marmottes.

Johny et moi sommes en admiration devant la superbe fourrure de ces dormeuses au sortir de leur hibernation.

La beauté et surtout l’immensité des paysages sont époustouflantes comme vous pouvez le constater sur les photos jointes.

Après une montée progressive sans difficultés ni frayeur, nous atteignons le col du Pensi La à 4400m. De là, la vue sur les sommets enneigés du Nun et du Kun, les deux plus hauts sommets de cette partie de la chaîne himalayenne, nous laisse sans voix.

En contrebas de la route, deux lacs de dimension modeste mais d’un bleu turquoise très pur enchantent notre regard.

La fabuleuse vallée de la Doda se révèle à nos yeux. Nous l’atteindrons par une courte descente en lacets qui nous conduit aussi au somptueux glacier de Darang Durung.

Une longue langue de glace serpentant telle une rivière gelée, à moins qu’elle ne vous évoque une gigantesque meringue.

Vous noterez l’étroitesse de la route en redescendant du Pensi La, au moment où surgit un inattendu camion dans un paysage de bout du monde.