Dans « Faune-Guadeloupe »,vous ne rencontrerez pas l’immense diversité des espèces comme dans la flore.

Certes, vous serez gâtés côté insectes et bestioles peu sympathiques telles que blattes énormes, mille-pattes de quinze à vingt centimètres de long, araignées, et moustiques. Mais la faune-guadeloupe est bien plus marine que terrestre.

Selon ma propre expérience.

(Les cétacés feront d’ailleurs l’objet d’une page particulière.)

Les oiseaux sont nombreux, mais si on les entend souvent, on ne les voit guère. J’ai bien essayé de photographier des colibris, mais je ne suis pas satisfait du résultat. L’épisode des sternes reste un mauvais souvenir dans mon esprit.

En effet, je séjournais alors à Terre de Bas que je privilégiais à Terre de Haut, et en me promenant sur un étroit sentier au sommet de la falaise, après la plage de Grande Anse, je suis tombé, par le plus grand des hasards, en pleine période de reproduction et de nidification. C’était quelque chose d’absolument extraordinaire à voir.

Je marchais, seul, entouré de milliers d’oiseaux criards qui ne semblaient ni intimidés, ni inquiets par ma présence.

Je ne connaissais rien aux sternes.

J’ai pu constater que chaque femelle ne pond qu’un seul œuf, bien plus gros que celui d’une poule par rapport à la taille du volatile. Et sur cet espace somme toute assez réduit, j’apercevais des centaines d’œufs pareils à des pierres précieuses.

Je me suis risqué à quelques photos, mais j’ai très vite déguerpi pour ne pas perturber ce magnifique événement de la Nature auquel il m’était donné d’assister.

Rentré chez moi, je me suis précipité sur internet pour en savoir davantage sur les sternes.

J’y ai appris qu’il s’agissait de la sterne fuligineuse.

Puis, un mois après, j’ai commis un crime de lèse écologie.

J’ai voulu aller voir les poussins.

Mal m’en a pris !

Sur l’étroit sentier, j’ai croisé des enfants passablement excités et je me suis dit : oh zut, ils ont dû déranger les oiseaux.

En arrivant sur les lieux, rien n’avait changé !

Les sternes étaient toujours là criant et tournoyant, mais cette fois, sérieusement inquiets et perturbés. Manifestement, des œufs avaient été déplacés car certains étaient regroupés par trois ou quatre comme dans un nid.

Aucun poussin, aucune femelle ne couvait.

Faute d’avoir fermé le sentier et interdit l’accès, ça avait dû être l’attraction favorite des enfants du village ou même de toute l’île.

Ce qui m’a été confirmé par la suite.

NO COMMENT !!!

C’était en 2004 ou 2005, je ne me souviens plus exactement.

A cette époque, des gens n’hésitaient pas à dépecer un cachalot échoué sur une plage avant que les autorités n’en soient informées. Des batteries de bateaux ou de voitures étaient jetées à la mer par dizaines sans se soucier de l’environnement et de l’écologie. Alors, vous pensez, les sternes fuligineuses…

 

 

 

 

 

Cliquez sur une vignette pour visualiser la photo en grand format.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure navigation sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. plus

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close