Comment décrire mon émerveillement de vant la beauté de la fleur de petites bananes ?
A chaque sorte de bananes correspond sa fleur
Je ne dirai jamais assez mon émerveillement devant une fleur de banane
Le bourgeon d'une petite variété de fougère au sommet de La Soufrière en Guadeloupe
En admirant une rose de porcelaine, peut-on réellement imaginer qu'il s'agisse d'un végétal ?
Cultivée pour les bouquets, la rose de porcelaine pousse aussi à l'état sauvage, mais NE LA CUEILLEZ PAS !!!
La sensualité qu'évoque une fleur de banane
Plante de la famille des Araceae, l'anthurium comprend une innombrable variété de fleurs
Une banane-légume qui ne se consomme pas sans cuisson
Que vous évoque un tel bourgeon d'Alpinia purpurata ?
Bien dissimulée sous les feuillage, s'épanouit la fleur de bananes
La fleur de certaines bananes évoque plutôt un magnifique bijou
Quand se soulèvent les pétales de la fleur de bananes
Certaines fleurs de bananes peuvent aussi se consommer comme du chou
Quand la fleur de banane commence à s'épanouir
Toutes les fleurs d'anthurium ne sont pas rouge vif
J'avais dit que je vous montrerai des bananes bleues !!!
Régime de bananes en attente d'exportation
Belle esthétique d'un régime de bananes
La fleur de banane ne produit pas qu'un seul fruit
Avez-vous déjà contemplé une fleur de banane ?
Mais où sont les bananes de cette fleur ?
Toutes les bananes ne sont pas jaunes ou vertes...
Une fleur de canne à sucre frémissant sous la brise marine
Une cousine de la rose de porcelaine
La rose de porcelaine est tout aussi belle en bouton
Cette magnifique fleur tropicale ressemble davantage à un fruit qu'à une fleur
Voici un bien beau plateau de fruits exotiques
Ne croirait-on pas un bijou de joailler que cette fleur de banane ?

Le service militaire (autrefois obligatoire) est à l’origine de mon premier contact avec la Guadeloupe

Faites défiler les photos de haut en bas avec l’ascenseur (marge de droite)
et cliquez sur les vignettes pour les afficher en grand format

«J’ai rêvé, l’autre soir, d’îles plus vertes que le songe»

(Marie-René Auguste Alexis Saint-Léger,

dit Saint-John Perse)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai découvert la Guadeloupe, il y a de nombreuses années. J’y ai fait mon service militaire dans des conditions un peu particulières. J’étais très jeune, je venais de terminer mes études avec en poche une Licence de Lettres Modernes et une autre d’Espagnol. Mon sursis étant expiré, je n’avais aucune envie particulière de partir pour l’Armée. J’ai donc postulé pour être ce que l’on appelait alors V.A.T. = Volontaire Aide Technique. Ce statut permettait de faire son service militaire mais sans jamais aborder la vie militaire. Aujourd’hui encore je ne sais pas reconnaître un caporal, un adjudant, un capitaine, un commandant, ni à son uniforme ni dans sa fonction.

Les V.A.T partaient dans un des D.O.M./T.O.M, et y exerçaient leur propre profession, comme des civils, mais avec un statut militaire et une paye restreinte ne correspondant pas à la paye normale de la profession. Je suis donc parti en tant que prof de français.

Première surprise.

A la visite médicale d’incorporation, j’étais absolument certain que, de toutes façons, je serais réformé car je ne vois que d’un œil, ce qui cause une incapacité à voir le relief ou à évaluer correctement les distances. Rédhibitoire pour un militaire ! On m’a d’abord fait regarder dans un appareil bi oculaire qui ressemblait à des jumelles. Je m’en souviens très bien. On y voyait une tour Eiffel, une lune, et un soleil.

– Où voyez-vous la lune et le soleil par rapport à la tour Eiffel ?

– Comment çà ? Je ne comprends pas la question.

J’ai vu tout de suite que le médecin s’imaginait que je jouais les débiles pour être réformé. Néanmoins il a répondu.

– Sur quel plan vous voyez la lune et le soleil ? Lequel est devant, lequel est derrière la tour ?

– Les trois sur le même plan !

– Bon, arrêtez de faire l’imbécile et de vous foutre de moi.

– Mais je ne fais pas l’imbécile ! Je suis amblyope, je ne vois que de l’œil droit.

Tests complémentaires, suivis de la conclusion :

– Bon, on ne va pas vous réformer pour ça puisque de toutes façons vous ne ferez pas l’armée. Vous allez enseigner, vous allez faire un beau voyage, et… Au suivant ! Comme chantait Jacques Brel.

Deuxième surprise.

Dans mes vœux j’avais postulé en priorité pour la Nouvelle Calédonie, ou Tahiti ou même Wallis et Futuna, à la rigueur la Réunion ou au pire la Martinique, mais SURTOUT PAS la Guadeloupe !!! J’avais épousé une guadeloupéenne deux ans auparavant et pour des raisons personnelles je ne voulais absolument pas être nommé en Guadeloupe.

Depuis des mois je rêvais de la Nouvelle Calédonie et des îles environnantes des T.O.M. Mes vœux étaient suffisamment larges pour que je dorme sur mes deux oreilles.

Eh bien, non !

Tu veux aller n’importe où sauf en Guadeloupe ? Eh bien tu iras en Guadeloupe !

Ainsi en a décidé l’Armée. A moins que ce soit mon ange gardien ?

A cette époque-là, j’étais très loin de savoir que j’avais un ange gardien qui me surveillait étroitement et veillait sur ma vie.

Troisième surprise.

A mon arrivée, on m’a affecté dans un lycée qui manquait de prof d’espagnol et, bien que je sois parti en tant que prof de français, c’est l’espagnol que j’ai enseigné dans un établissement strictement féminin, où, comme j’étais jeune et beau à cette époque, j’ai fait une très grande impression.

Bref, je suis parti pour la Guadeloupe, mais je n’en ai pas profité n’ayant pas de moyens de locomotion, pas de permis de conduire à cette époque, et pas trop d’argent non plus en tant que militaire.

J’ai quitté cette île, déçu, au bout d’un an, quasiment à la fin de mon temps de service militaire, alors que mon engagement était de deux ans dont un an après la durée du service militaire. Finalement, une fois sur place j’aurais pu m’y installer et y faire carrière. Mais non, j’ai fait une dépression carabinée, et du coup c’est eux (l’Armée) qui m’ont rapatrié et…réformé… après coup !!!

Heureux de rentrer en France, j’ai boudé la Guadeloupe pendant plus de 30 ans.

J’y suis retourné de manière fortuite, un peu sur un coup de tête. Et cette fois-là, j’ai découvert une île enchanteresse avec toutes ses petites sœurs satellites : Les Saintes, Marie Galante, La Désirade.

Je me suis initié à la plongée sous-marine, j’ai crapahuté un peu partout, découvert aussi les trésors à foison de ses fleurs et ses fruits, les cachalots, baleines à bosse, orques et autre bébêtes sympathiques ou moins comme les moustiques et les ENORMES scolopendres de vingt centimètres de long.

Aujourd’hui, j’ai choisi de centrer mes photos sur les bananes (fruits et fleurs). Faites les défiler de bas en haut avec votre souris.

Comme je l’avais annoncé, il n’y a que peu de rapport entre ces photos et le texte qui les accompagne, mais j’ai laissé ma main et mon esprit vagabonder au fil de mes souvenirs…